UA-84137716-1

31/07/2014

Moyen-Orient : les médias refusent d'admettre la complexité du problème

 

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis d’aucun côté dans ce conflit. J’ai réalisé l’année dernière un travail de maturité intitulé « les conséquences du terrorisme sur le peuple israélien et sur la population palestinienne » qui traite autant des actions terroristes palestiniennes que de celles provenant d’Israël. Cependant, je me vois dans l’obligation de m’exprimer en entendant autant d’absurdités en Europe concernant les récents évènements en Israël et en Palestine, qui donnent lieu à des vagues de protestations venant de personnes ignorant apparemment les vrais enjeux du conflit.


Effaré, dégoûté, déçu… Aucun adjectif ne parvient à qualifier mon état d’esprit actuel en voyant la manière par laquelle l’Europe gère et interprète le conflit qui a actuellement lieu au Moyen-Orient, autour de Gaza. En effet, la plupart des médias traite chaque événement de manière superficielle et réductrice sans chercher à aller plus loin, à comprendre les raisons, les intentions ainsi que les motifs qui poussent chaque acteur du conflit à agir d’une certaine façon. Ils n’admettent pas la complexité infinie de ce conflit, n’arrivent pas à prendre du recul avec humilité face à une information reçue et se contentent de réactions primaires et de conclusion hâtives. Et malheureusement, cette mentalité se répercute sur tous les gens peu connaisseurs du problème et qui sont facilement influençables.

 

Par une telle analyse, il est logique donc qu’un mouvement pro-palestinien (voire anti-israélien) s’installe puisqu’en regardant la situation de façon superficielle, on aura vite tendance à rendre l’État Hébreu coupable notamment car il y a déjà plus de 1200 morts palestiniens et seulement une soixantaine de morts israéliens.


 Responsabilité partagée


Il est certain qu’on assiste à une tragédie à Gaza pour laquelle il est nécessaire d’éprouver de la compassion. La situation pour les Gazaouis est horrible, et je ne cherche pas du tout à remettre cela en question. Le but de cet article est juste de montrer que la responsabilité de ces horreurs est partagée et que diriger l'entier des accusations sur une des parties serait simplifier énormément la problématique. En effet, même s’il est clair qu’Israël détient une grande part de responsabilité dans les maux palestiniens et est aussi coupable de la difficulté à établir un traité de paix, on ne peut pas condamner complètement et objectivement l’attitude qu’adopte son gouvernement, en lui attribuant l’entière culpabilité des horreurs commises à Gaza. De la même manière, on ne peut pas complétement condamner le comportement du Hamas, dans la mesure où, bien que la plupart des moyens mis en œuvre par ce dernier soient immoraux, certains motifs qui le poussent à la révolte sont compréhensibles. La situation est donc bien trop complexe pour juger de la valeur morale d’une action sans regarder la globalité du problème, et sans se mettre à la place des différents acteurs.

 

De plus, la guerre qui fait rage à Gaza depuis trois semaines maintenant symbolise bien une particularité du conflit qui dure depuis plus de 60 ans, dans le sens où à l’interne même des deux camps, les opinions sont extrêmement divisées. La manière forte employée par l'armée israélienne n'est pas soutenue par tous les Israéliens, tout comme la violence et le terrorisme du Hamas ne sont pas soutenus par tous les Palestiniens. Condamner donc les Israéliens ou les Palestiniens (comme on peut surtout le voir dans certaines manifestations populaires) n’a donc aucun sens, puisque cela tombe tout de suite dans des généralités mensongères.

 

Pour illustrer mon propos, nous allons nous efforcer d’analyser les comportements des différents acteurs lors des récents affrontements à Gaza, afin de comprendre pourquoi il n’est pas adéquat de rendre Israël seul coupable de tous ces morts à Gaza. Tout d’abord, il est important de se poser une question capitale : quel intérêt aurait Israël à tuer des civils palestiniens ? Certains disent que cela intimiderait les Palestiniens et placerait Israël encore plus en position de force. Mais cela provoquerait surtout pour Israël la perte du soutien de ses alliés, et les foudres de la communauté internationale, ce qui serait catastrophique pour elle. On voit d’ailleurs bien aujourd’hui à quel point la mort de civils palestiniens met Israël dans une position très inconfortable auprès de la communauté internationale, et on comprend par cela qu’Israël ne tire aucun intérêt de la mort de civils palestiniens.

 

De ce fait, on constate qu’il existe une différence morale majeure entre le comportement du Hamas et celui du gouvernement israélien. En effet, le Hamas a officiellement déclaré que « tout citoyen israélien constitue une cible », et à l'aide des moyens technologiques très réduits, il lance des roquettes qui n’ont comme but que de tuer n’importe quel Israélien. Chaque mort israélien le réjouit, que la victime soit civile et innocente ou non, comme en témoigne sa réaction après l’enlèvement et le meurtre des trois jeunes Israéliens au début du mois de juin, lorsque le Hamas s’est publiquement réjoui et félicité de cet évènement. Le gouvernement israélien, lui, poursuit des buts lors de chaque opération aérienne à Gaza, à savoir la neutralisation de terroristes, de sites de lancement de roquettes ou de tunnels creusés à des fins terroristes. L’armée israélienne n’a certainement pas l’intention de faire des victimes civiles mais s’en retrouve contrainte (voir paragraphe suivant). Il est cependant vrai que la politique sécuritaire extrême d'Israël pourrait être d'une certaine façon revue afin d'éviter un maximum la mort de civils. Une question philosophique subsiste donc : faut-il regarder les conséquences ou bien l’intention pour juger de la valeur morale d’une action ? La tentative d’homicide est-elle plus grave que l’homicide involontaire ? La réponse paraît bien ne pas être catégorique et surtout être très relative. Il paraît également sûr que si le Hamas détenait les moyens technologiques d’Israël, le nombre de morts israéliens serait bien plus grand que le nombre actuel de morts palestiniens.

 

Alors pourquoi y a-t-il tant de victimes civiles, dont la plupart sont totalement étrangères au conflit et ne devraient pas mourir? Pour comprendre cela, mettons-nous un court instant à la place du chef israélien qui doit décider du déclenchement d’une opération pour neutraliser un activiste du Hamas, qui sont malheureusement légion à Gaza, surtout depuis que le Hamas a pris le pouvoir à Gaza de force à l'Autorité Palestinienne en 2007. Il est clair qu’il est très compliqué pour ce chef de lancer une opération terrestre pour arrêter ou même tuer ce terroriste, tant le risque serait grand de perdre des hommes en les envoyant à Gaza. La seule solution restante reste donc la voie aérienne. Or, on sait que certains activistes du Hamas, se sachant traqués par les moyens technologiques ultra-perfectionnés des services secrets israéliens, s’arrangent pour être constamment accompagnés par des personnes extérieures (également des femmes et des enfants) et font également en sorte d’établir leurs bases dans des lieux fréquentés pour tenter de dissuader Israël d’attaquer. De plus, on sait également que l’armée fait beaucoup pour éviter les victimes innocentes en les avertissant par téléphone ou par tracts d’une attaque imminente.  Après, s’il reste toujours des civils dans la zone de tir, il reste deux options pour le responsable israélien : soit il décide de tirer quand même et causer la mort de plusieurs personnes innocentes, soit il renonce à l’opération en prenant le risque que le terroriste ou le site de lancement de roquette laissés indemnes puissent continuer à faire des dégâts, et il risquerait donc la mort potentielle de certains de ses compatriotes israéliens. Que ferait-on à sa place, lorsqu’on sait que beaucoup d’activistes du Hamas sont prêts à aller jusqu’à la mort les armes à la main ? Que feriez vous, lecteurs, à la place du responsable israélien ? Encore, une fois, la réponse ne paraît pas aussi simple que certains veulent le faire croire. 

 

Les Gazaouis vivent dans une extrême misère dans une des zones les plus densément peuplées au monde. Il est certain que le comportement d’Israël ne facilite pas les choses, notamment de par le blocus que l’État hébreu fait autour de Gaza. Mais le Hamas agit-il vraiment pour le bien de sa population ? Dans ce cas, pourquoi investit-il beaucoup plus dans l’armement que dans la construction et le relogement de réfugiés ? Pourquoi dépense-t-il tant pour tuer ses ennemis et si peu pour protéger ses compatriotes ?

 

La stratégie de communication du Hamas fait mouche

 

Une des raisons qui fait aussi que tant de médias et de gens en Europe prennent le parti de la Palestine en accusant Israël des pires méfaits, est que la stratégie de communication du Hamas est très développée. Se sachant militairement inférieur à Israël, ce dernier tente de s’attirer la sympathie et surtout la compassion de la communauté internationale, notamment en publiant un maximum de photos et d’informations tragiques, parfois même en les exagérant. Cela explique pourquoi tant d’informations nous parviennent en Europe quant aux dégâts civils et matériels causés par les frappes israéliennes à Gaza. Le gouvernement israélien poursuit la stratégie inverse, en publiant le minimum d’informations sur les dégâts causés par les frappes du Hamas, afin d’éviter que ce dernier effectue les mêmes frappes en sachant qu’elles peuvent prendre à défaut le système de défense israélien. Ces deux stratégies font qu’on entend parler en Europe presque exclusivement des dégâts causés sur les Palestiniens, et presque pas de ceux causés dans le sud d’Israël, spécialement autour de Gaza, où les dégâts matériels et surtout économiques sont considérables.

 

 

Là où la stratégie de communication du Hamas devient perfide et maline à la fois, c’est que celui-ci sait exploiter chaque réaction de son ennemi à la perfection pour le piéger. Ainsi, le Hamas sait lancer une provocation pour que, qu’importe la réaction, il en sorte gagnant. En effet, si Israël ne répond pas à la provocation, le Hamas pourra se targuer de tenir tête à l’ennemi et ainsi s’attirer l’estime de ses concitoyens. Si Israël répond, ce qui est le cas le plus courant, en raison de l’importance donnée par le gouvernement à la sécurité des Israéliens, le Hamas va se faire passer pour la victime afin de rallier son peuple à sa cause en partageant la même souffrance et à simultanément émouvoir la communauté internationale, en sachant qu’Israël ne sera jamais en mesure de le vaincre complètement tant la guerre contre le terrorisme est une guerre impossible. Le Hamas n'est jamais aussi faible qu'en temps de paix et savait très bien ce qu’il faisait en se félicitant du meurtre des trois jeunes Israéliens, puis en commençant à envoyer des roquettes à l’aveuglette sur Israël. Malheureusement, Israël et ensuite la communauté internationale sont en quelque sorte tombés dans le piège du Hamas, ainsi que bon nombre de gens en Europe. La preuve : si ce n’est par la stratégie de communication du Hamas, comment cela se fait-il qu’on parle tant de Gaza, et si peu de ces groupes de fanatiques islamistes qui ont fait un nombre bien plus important de morts et surtout de déplacés en Irak, et qui ne sont pas prêts de s’arrêter, dans la quasi-indifférence de la communauté internationale?

 

 

Par cet article, je ne tiens absolument pas à sous-estimer la tragédie que les Gazaouis vivent actuellement. Il est clair que toutes ces victimes n’auraient pas dû mourir pour des méfaits qui ne leur sont pas propres. Je tiens juste à montrer qu’on ne peut pas tenir Israël comme seul responsable de leurs malheurs et ainsi tomber dans le piège du Hamas, dans lequel tant de gens tombent en Europe par manque d’ouverture d’esprit et de clairvoyance. Je tiens à montrer également que la situation est bien plus complexe qu’elle en a l’air et que tout jugement moral nécessite une analyse globale de la problématique israélo-palestinienne.

 

 



 

19:27 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Salut,
J'ai trouvé ton article bien écrit et intéressant, mais tu ne t'attaque pas la cause du conflit et le fond problème, à savoir la légitimité de l'état d'Israël.
La Palestine n'était pas une terre sans peuple destiné à accueillir un nouvel état. Comment ne pas avoir de la compassion pour un peuple chassé de ses terres et sous occupation ?
Dans tous les cas tu fais bien de donner ton avis,
Salutations,
Erik

Écrit par : Erik | 31/07/2014

Salut Sacha. Je trouve bien que tu veuille exprimer ton avis sur ce conflit qui dure depuis des décennies et qui est extrêmement compliqué. Je trouve maigré tout que sur la question de la responsabilité partagée d'égale manière entre l'état israélien (colonisateur depuis sa création) et le Hamas est difficile à avancer. Étant donné la différence criante des moyens militaires des deux côtés on peu difficilement mettre les deux états sur un même pied d'égalité.
De la même manière simplement en comparant le nombre de victimes des deux côtés on pourrait rire jaune et parlant d'égalité des responsabilité. Même si comme tu l'as bien dis les responsabilité et les conséquences sont deux choses bien différentes. Et je ne pense pas que "les dégâts matériel ou économique considérable" causé dans le sud d'israël soit comparable aux centaines de civils qui comporte un grand nombre d'enfants... A méditer.
Pour finir je pense qu'en ne prenant pas position pour le plus faible (qui est l'états et surtout la population palestinienne ) on prend forcément position pour le plus fort (l'état terroriste israélien).
Volontié prêt a discuter réellement.
Bonne vacances
Lucien

Écrit par : Lucien | 31/07/2014

Cher Monsieur,

Définissons d'abord le terme terroriste, est-ce que résister à l'occupation, à l'humiliation quotidienne est du terrorisme? Tous les mouvements de libération, pour les discréditer, ont été taxés de terrorisme pensons à l'Afrique du sud, à l'Algérie...le problème de base c'est la colonisation

Écrit par : Chatopa | 31/07/2014

Tu n'est pas objectif du tout. Non nécessairement parce que tu ne désires pas l'être, mais très probablement parce que ton proche entourage ne l'est pas. Avec le temps tu verras les choses de tes propres yeux et tu choisiras ce que tu veux être.

Écrit par : Ferdinand | 31/07/2014

C'est bien de lire quelqu'un qui aborde la question avec la tête et les faits, plutôt qu'avec les tripes. Bravo.

Juste une précision concernant la densité de Gaza:
-Gaza: 1'600'000 hab / 360 km2, soit environ 4'500 hab/km2
-Canton de Genève 400'000 hab / 282 km2, soit environ 1'500 hab/km2

La densité de Gaza est donc 3x celle du canton de Genève. C'est beaucoup mais, pour qui s'est promené dans la campagne genevoise, de Versoix ou Hermance à Chancy, ce chiffre ne fait pas vraiment peur et n'a rien d'exceptionnel dans le monde. D'ailleurs, une petite visite sur googlemap (photo) permet de se représenter les zones urbaines et agricoles.

Écrit par : archi-bald | 31/07/2014

Salut Monsieur !

C'est très bien d'analyser le monde, et de dire son avis, encore mieux l'écrire, donc bravo.

Toutefois prenez aussi en compte le fait qu'Israël a, de sa courte histoire, détruit tout ou partie de tous ses voisins en faisant des dizaines de milliers de morts. Ca donne une idée d'avec qui on à affaire.

Écrit par : JDJ | 01/08/2014

Bravo et merci pour cette réflexion parfaitement pertinente et nécessaire. Celles et ceux véritablement soucieux de vérité et de paix ne peuvent que partager votre avis.

Écrit par : Olivier Emery | 01/08/2014

A Cdans l'air des experts ont estimé que Jaurès, de gauche, socialiste, par le fait, à l'époque, était compris "communiste" très ouvert à la classe ouvrière. De Gaza Marchais, en son temps, qu'aurait-il dit?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/08/2014

Excellent article, et très bonnes conclusions. Les différents commentaires déjà parus prouvent que la plupart des gens ont une culture très réduite, juste le petit catéchisme de base de l'altermondialiste boutonneux et sous hormone.

Exemples : Lucien: n'a rien compris, passons.

Erik : "La Palestine n'était pas une terre sans peuple destiné à accueillir un nouvel état" et les Juifs n'étaient pas destinés à se faire chasser par Titus. Je vous recommande chaleureusement la lecture de "La tour d'Ezra" d'Arthur Koestler", histoire de se cultiver un peu avant de répéter à l'infini les trouducuteries de la presse mainstream à la botte de l'électorat d'origine algérienne et qui vote socialiste...

Chatopa@ "Tous les mouvements de libération, pour les discréditer, ont été taxés de terrorisme pensons à l'Afrique du sud"
Rappelons que les premiers colons humains de la RAZ sont les Khoïs, les Sans, puis les Blancs. Les Bantous se sont arrêté dans leur colonisation de l'Afrique au Zambèze, et ils ont colonisé la RAZ en chassant les Blancs du pouvoir....
On parle peu dans les médias des pygmées qui étaient sur ces terres avant eux et de ce qu'ils ont subi et subissent encore de la part des Bantous. Étonnant, non ?

Écrit par : Géo | 01/08/2014

Trop naïf et arrogant à la fois. Penses-tu vraiment qu'un travail de maturité va te donner le savoir suffisant pour pour donner des leçons sur le sujet à tout un chacun? A l'Europe? Aux médias?

Faut que tu saches que des journaliste sont non seulement sur place sinon qu'ils sont largement bien plus informés que toi des enjeux et de l'histoire de ce conflit.

Écrit par : Zibarsky | 01/08/2014

"Définissons d'abord le terme terroriste"

Simple et c'est Human Right Watch qui vous fournit la définition exacte :
celui qui vise à terroriser, cibler intentionnellement des civils ce qui, vous en conviendrez, est le but recherché par les factions palestiniennes lorsqu'elles lancent à l'aveugle leurs missiles sur des civils israéliens.

Ces factions palestiniennes ne résistent à rien du tout puisqu'il n'y a aucune implantation juive à gaza depuis 2005, elles utilisent, cruellement et à visée idéologique, le gazaoui comme du vulgaire matériel humain.

Écrit par : Giona | 01/08/2014

"La preuve : si ce n’est par la stratégie de communication du Hamas, comment cela se fait-il qu’on parle tant de Gaza ..."

Je pense que vous surrestimez largement les moyens du Hamas au niveau de la comm. La réalité est beaucoup plus simple: c'est un conflit colonial. L'Europe a une histoire coloniale très riche et a tourné la page (même s'il y a des restes de françafrique et une mainmise évidente sur les matières premières des pays du sud). En bref, pour l'Européen d'aujourd'hui, l'expansion territoriale est une absurdité et Israël fait preuve de beaucoup de mauvaise volonté dans ce domaine en grignotant constamment le territoire de son voisin: il ne se passe pas un mois sans que de nouvelles implantations soient annoncées.

Écrit par : Fufus | 01/08/2014

Bravo Sacha, 6 pour ton article qui restera malheureusement incompréhensible pour la majorité de l'humanité qui se contente de regarder le monde de manière dichotomique. Encore un regret, tu ne parviendras pas à convaincre le plus grand nombre, c'est mathématique. Israël est (très) minoritaire dans le monde, le nombre de ses supporteurs se calcule en millions alors que le monde musulman qui soutient majoritairement l'autre camp se chiffre en milliards. Cette remarque ne signifie évidemment pas qu'il faille accepter la politique du premier sans garder un esprit ouvert et critique: tu l'as fait!

Écrit par : Ewel | 03/08/2014

Tout d'abord, merci pour ces commentaires qui sont pour la plupart constructifs et ouverts. Je tiens avant mon argumentation à
préciser à nouveau que je suis neutre, et si je peux paraître pro-israélien, c'est pour contrebalancer le mouvement pro-palestinien qui prévaut en Europe et pour montrer aux gens la situation d'un point de vue qui est peu mis en avant dans les médias. J'ai remarqué dans les différents commentaires que certains remettent en question la légitimité de l'état d'Israël et de ses origines, et que beaucoup (pas seulement dans les commentaires) ont l'air de penser que "l'occupation" de la Palestine par Israël justifie les mouvements de résistance palestiniens violents ou non. Concernant la légitimité de l'état d'Israel, il paraît logique qu'à la fin de la deuxième guerre mondiale, il y ait un urgent besoin de trouver un pays pour les juifs. Il paraît également logique que le choix s'arrête sur la terre d'Israël puisque beaucoup de juifs ont déjà acheté des terres là-bas et que le pays mandataire de cette région fait partie des puissance alliées vainqueurs de la guerre, et qu'en plus, la communauté arabe palestinienne a officiellement soutenu la politique d'Hitler dans sa haine envers les juifs, par l'intermédiaire de son leader religieux, le grand mufti de Jerusalem. Après, il est clair que des communautés arabes ont du être déplacées, parfois de façon inhumaine, c'est pourquoi je ne dis pas "la création d'Israël a été bonne" ou " la création d'Israël a été mauvaise" mais j'essaie de montrer que la réalité n'est ni noire ni blanche.
En ce qui concerne l'occupation de territoires palestiniens, il faut faire la différence entre la colonisation et la gérance. L'implantation de colonies d'habitations israéliennes en Cisjordanie est, selon moi, un mode de faire qui va clairement à l'encontre d'une paix potentielle, et je suis donc complètement contre. Il faut savoir que la plupart de ces colonies ne sont pas l'œuvre du gouvernement mais d'extrémistes sionistes. Le gouvernement israélien ne soutient pas ces colonies (il est arrivé que les colons et l'armée israélienne se battent) mais il est clair qu'il ne suit pas une politique assez restrictive en la matière.
Concernant la gérance de territoires palestiniens, le problème est extrêmement complexe. Beaucoup de territoires, étant officiellement palestiniens (traité de l'ONU de 1947), ont en effet été conquis par Israël à la suite de guerres dans lesquelles les pays arabes se sont volontairement impliqués (guerre d'indépendance en 1948, guerre des 6 jours en 1966, guerre de Yom Kippour en 1972 ). Et comme dans toutes les guerres, les perdants perdent des territoires... De plus, toutes les propositions de partage de territoire ont été refusées par les pays arabes du temps de la création même de l'état d'Israël. Israel justifie aussi la présence de ses forces sur sol palestinien pour des raisons de sécurité, et on a de la peine a les contredire, lorsqu'on voit ce qu'est devenu la bande de Gaza, depuis que le gouvernement israélien a cédé aux pressions internationales, et s'est retiré de Gaza en 2005, puisque c'est maintenant le Hamas qui y détient le pouvoir. Le gouvernement israélien sa voulu se mêler de la gérance de la Palestine devant l'incapacité de l'Autorité Palestinienne à créer un gouvernement stable à la suite des accords d'Oslo donc surtout pour assurer la sécurité de ses concitoyens. Encore une fois, mon propos vise par dessus tout à montrer que la situation est plus complexe que de dire "c'est bien" ou "c'est mal" et que le terme d'"occupation " est très relatif.

Écrit par : Sacha Aellen | 03/08/2014

"Concernant la légitimité de l'état d'Israel, il paraît logique qu'à la fin de la deuxième guerre mondiale, il y ait un urgent besoin de trouver un pays pour les juifs. Il paraît également logique que le choix s'arrête sur la terre d'Israël puisque beaucoup de juifs ont déjà acheté des terres là-bas et que le pays mandataire de cette région fait partie des puissance alliées vainqueurs de la guerre, et qu'en plus, la communauté arabe palestinienne a officiellement soutenu la politique d'Hitler dans sa haine envers les juifs"

Pour moi, même un génocide ne justifie pas le fait de "donner" une terre comme compensation. Dans ce cas, tous les malheureux de l'Histoire pourrait revendiquer une terre ou autre compensation pour avoir subit un préjudice quelconque, comme par exemple le CRAN qui revendique de l'argent en compensation de la traite transatlantique (et sans mentionner la traite arabo-musulmane, mais c'est un autre sujet) On irait alors vers la mise en place d'une sorte justice de l'Histoire.
Je comprend bien que la Palestine n'a pas été tiré au sort pour constituer l'état juif, mais dans tous les cas cela reste une conquête au même titre que les conquêtes coloniales, avec en plus l'intention de remplacer les populations indigènes pour créer un état ethniquement homogène.

Tu as cependant raison de pointer du doigt la stupidité ambiante que l'on peut constaté sur le net à ce sujet, genre les personnes qui utilisent les victimes palestiniennes pour gratter des likes sur facebook, c'est écoeurant.

Erik

Écrit par : Erik | 04/08/2014

"Je tiens avant mon argumentation à
préciser à nouveau que je suis neutre, et si je peux paraître pro-israélien"

Tu n'est paraît pas. Tu es pro-israélien.

"Et comme dans toutes les guerres, les perdants perdent des territoires... "

Ben on est plus au 19 siècle ici. Cela voudrait dire que si les pays environnantes gagnent une guerre contre Israël il faudrait accepter la disparition d'Israël. C'est la loi du plus fort qui te semble la plus judicieuse?

"Concernant la gérance de territoires palestiniens, le problème est extrêmement complexe.*

Dans ce cas là Israël n'est pas une démocratie, car la moitié de la population n'a pas droit au vote. Comme en Afrique du Sud à l'époque du terroriste Mandela. C'est ça ta perception du monde? Il faut arrêter d'utiliser les mots "extrêmement complexe" pour justifier tout et n'importe quoi. D'ailleurs il est faux que cela soit aussi complexe que tu le prétends.

"Israel justifie aussi la présence de ses forces sur sol palestinien pour des raisons de sécurité, et on a de la peine a les contredire.."

Avec les tueries qu'Israël commet j'ai l'impression opposée. Tant que les israéliens occuperont les territoires palestiniens, les Palestiniens seront toujours en grave danger. Les caprices d'un colon, se faire un "terroriste", tel un chasseur descend du gibier.

"et on a de la peine a les contredire, lorsqu'on voit ce qu'est devenu la bande de Gaza, "

Hé ben là, c'est l'hôpital que se fout de la charité, en fait non, c'est bien pire que cela.

"Encore une fois, mon propos vise par dessus tout à montrer que la situation est plus complexe que de dire "c'est bien" ou "c'est mal" et que le terme d'"occupation " est très relatif."

T'es bien gonflé. Va vivre parmi les occupés et ensuite seulement tu verras si la chose est si relative que cela. Tu ne seras pas par hasard un fils à papa?

Écrit par : Gérard | 03/08/2014

Je remercie chaleureusement Gérard de fournir volontairement a tous nos lecteurs un exemple parfait d'argumentation basée sur des analyses superficielles et sur des généralités mensongères, le tout agrémenté d'une agressivité et d'un manque d'ouverture qui n'ont rien a faire sur ce débat.
1) concernant la perte de territoires à la suite de guerres, à votre avis, quel était le but des pays arabes lorsqu'ils ont attaqué Israel en 1948 si ce n'est de chasser les Juifs hors d'Israel ? (il est également écrit noir sur blanc dans la charte du Hamas que leur but est la disparition et l'anéantissement d'Israël.)
2) "la moitié de la population n'a pas droit au vote". Allez étudier la situation de l'intégration des Arabes en Israël (20% de la population), et vous pourrez après venir nous faire des leçons sur l'apartheid. Exemple: l'école est gratuite en Israël. Pourtant, une grande partie des Arabes israéliens refuse d'envoyer ses enfants dans une école israélienne, ayant l'impression de trahir la Palestine.
3) La vie des Palestiniens dans les territoires occupés est très dure, c'est sur. Comment cela se fait-il alors que le parti majoritaire en Palestine, qui reçoit de l'argent de groupes étrangers investissent si peu pour construire des écoles, reloger les réfugiés et développer des hôpitaux?

Je suis désolé pour vous Monsieur, mais il vous faudra un jour accepter que, dans la vie, il n'y pas toujours les bons et les mauvais, et pas non plus de solution miracle a chaque problème.
Et non Monsieur, je ne suis pas pro-israélien, je suis juste contre la bêtise.

Écrit par : Sacha Aellen | 04/08/2014

"Je remercie chaleureusement Gérard de fournir volontairement a tous nos lecteurs un exemple parfait d'argumentation basée sur des analyses superficielles et sur des généralités mensongères"

Hé mon vieux, n'inversons pas les rôles, hein? Il ne suffit pas d'écrire des kilomètres pour que ton analyse aille au fond réellement des choses. Ton analyse est un résumé des clichés on ne peut plus rabâchés depuis des lustres.

"1) concernant la perte de territoires à la suite de guerres, à votre avis, quel était le but des pays arabes lorsqu'ils ont attaqué Israel en 1948 si ce n'est de chasser les Juifs hors d'Israel ?"

Voila un exemple d'argument d'une profondeur hors norme, n'est-ce pas? Alors selon toi, parce qu'en 1948 les arabes voulaient chasser les juifs, aujourd'hui les arrières petits enfants des ces juifs ont le droit de lancer des bombes sur les arrières arrières petits enfants des gens, chassés réellement eux, de leur villages par les juifs, alors qu'ils n'étaient que des civils?

"il est également écrit noir sur blanc dans la charte du Hamas que leur but est la disparition et l'anéantissement d'Israël."

Admettons. Reste que la réalité nous montre l'opposé. Nous assistons depuis plus de 60 ans à l'anéantissement d'une population qu'elle n'était responsable de rien. Pour toi les écrits du Hamas on plus de poids que les bombes israéliennes, c'est cela hein? D'ailleurs le Hamas n'aurait jamais vu le jour si Israël avait respecté quelque peu cette population (autochtone faut le rappeler). Il y a aussi qu'à l'époque où le Fatah montrait des signes de vouloir faire la paix, Israël a tout fait pour favoriser le renforcement du Hamas vis à vis du Fatah. Parce qu'Israël n'est pas intéressé à faire la paix. Il a beaucoup à perdre en faisant la paix.

"2) "la moitié de la population n'a pas droit au vote". Allez étudier la situation de l'intégration des Arabes en Israël (20% de la population), et vous pourrez après venir nous faire des leçons sur l'apartheid."

Alice dans le pays de merveilles, ce là que tu vis hein? Je ne parle pas des Palestiniens qui on réussi à l'époque à rester chez-eux et conserver tant que mal leur maisons. Je parle de la population qui est sur occupation israélienne, eux subissent la loi israélienne mais n'ont pas le droit de vote. Afrique du Sud t'a entendu parler?

"3) La vie des Palestiniens dans les territoires occupés est très dure, c'est sur. Comment cela se fait-il alors que le parti majoritaire en Palestine, qui reçoit de l'argent de groupes étrangers investissent si peu pour construire des écoles, reloger les réfugiés et développer des hôpitaux?"

T'es vraiment un naïf. Normalement un pays qui occupe un territoire est responsable de la population civile de ce territoire. Donc en principe Israël devrait payer tout les services minimum pour cette population. Mais non, étrangement c'est la communauté internationale qui finance l'occupation israélienne. Chouette hein? Quant aux écoles, hôpitaux etc. etc. que sais tu pour dire que ce ne pas fait? Ça s'appelle du commérage ce que tu fais là et cela donne un aperçu de la "profondeur de ton analyse". D'autre part as tu pu observer comment malgré les bombardements à Gaza, malgré le blocus de Gaza, les Gazaouis on pu traiter les blessés et les réceptionner dans les hôpitaux? Tu imagines un peu le chaos à Genève dans une situation similaire?

"Je suis désolé pour vous Monsieur, mais il vous faudra un jour accepter que, dans la vie, il n'y pas toujours les bons et les mauvais...."

C'est plutôt à toi de le découvrir mon vieux, parce que ton analyse désigne parfaitement les "bons et les méchants".

"....et pas non plus de solution miracle a chaque problème.
Et non Monsieur, je ne suis pas pro-israélien, je suis juste contre la bêtise."

Parce que tu crois que bombarder une population civile est une démarche intelligente toi? A défaut d'une solution miracle et à défaut d'un vrai courage chez les décideurs, on s'attend au moins à un peu plus de bons sens et surtout à un minimum d'humanité dans les décisions.

T'as pas à te vexer si je te dis sans tourner autour du pot et sèchement les choses. La vérité mérite d'être exposée sans détours. Et ne m'appelle pas Monsieur, cela fait bizarre. Autrement je te vouvoierais aussi la prochaine fois.

Écrit par : Gérard | 04/08/2014

Les commentaires sont fermés.